Hernie Discale : Quels exercices contre la sciatique

Une hernie discale peut souvent provoquer des douleurs au niveau des jambes ou du nerf sciatique. Cela s’explique généralement par la proéminence du disque vertébral qui comprime ou irrite une racine nerveuse et provoque alors une douleur qui sera ressentie sur le trajet du nerf sciatique.

Des exercices spécifiques permettent de soulager voir même de faire disparaître ces douleurs. En fonction des symptômes et des positions qui provoquent les douleurs, certains exercices permettent par ailleurs de déplacer la douleur de la jambe (ou du pied) dans le bas du dos.

Exercices d’extensions pour soulager une sciatique

Pour la majorité des personnes, les exercices d’extension (également appelés press-ups), permettent de déplacer la douleur depuis la jambe jusqu’au bas du dos en fléchissant le dos vers l’arrière.

Les exercices d’extensions peuvent être réalisés de différentes manières décrites ci-dessous :

Exercices Extension Sciatique Hernie Discale
Illustration 1 : Exercice d’extension contre la sciatique
  • Allongez vous sur le ventre et étirez lentement votre dos vers l’arrière en reposant le poids du haut de votre corps sur vos avant bras et en maintenant vos hanches contre le sol (Illustration 1). Pratiquez cet exercice lentement, en douceur et avec précautions car il est peut être douloureux au premier abord.
  • Maintenez la position pendant cinq secondes avant de relâcher votre dos en douceur. Procédez par étapes pour arriver progressivement à maintenir la position pendant 30 secondes.
  • Essayer de répéter l’exercice d’extension 10 fois de suite.

Une variante de cet exercice se pratique également allongé au sol.

Exercice Extension Sciatique Hernie Discale
Illustration 2 : Variante de l’exercice d’extension
  • Allongez vous sur le ventre et tendez les bras tout en maintenant votre bassin en contact avec le sol.
  • Relâchez lentement vos fesses ainsi que le bas de votre dos pendant 1 à 2 secondes et vous devriez sentir un léger étirement au niveau du dos (Illustration 2).
  • Effectuez 10 répétitions de l’exercice.

 


Exercice Extension Sciatique Hernie Discale
Illustration 3 : Troisième variante de l’exercice d’extension

S’il vous est impossible de rester couché au sol, une troisième variante de cet exercice se pratique debout en cambrant lentement le dos vers l’arrière, les jambes légèrement écartées et les mains posées sur les hanches (Illustration 3).

Ces exercices d’extension doivent être réalisés régulièrement, environ toutes les deux heures. On note par ailleurs qu’il est fortement déconseillé d’adopter une position courbée (fléchie vers l’avant). Cela tend à contrecarrer les effets des exercices d’extension.

Lorsque les douleurs sont localisées dans le bas du dos, des exercices permettent de renforcer la musculature lombaire et abdominale afin de prévenir toute récidive de la sciatique.

 

 

Extensions lombaires

Deux exercices permettent de renforcer votre musculature lombaire en douceur :

Exercices Extension Lombaire Sciatique Hernie Discale
Illustration 4 : Exercice d’extension lombaire contre la sciatique
  • Allongez vous au sol en positionnant un coussin sous votre ventre.
  • Croisez les mains derrière le bas du dos puis relevez lentement le buste et la tête tout en regardant le sol (Illustration 4). Ne tirez pas sur votre cou durant cet exercice.
  • Maintenez la position pendant 5 secondes pour commencer puis essayez progressivement d’atteindre 20 secondes.
  • Répétez l’exercice une dizaine de fois.
Exercice Extension Lombaire Sciatique Hernie Discale
Illustration 5 : Exercice d’extension lombaire pour hernie discale
  • Allongez vous en maintenant le buste et la tête contre le sol.
  • Soulevez doucement et simultanément un bras et la jambe opposée, et maintenez votre genou à 5 ou 10 cm du sol (Illustration 5).
  • Commencez par maintenir la position pendant 5 secondes, et répétez l’exercice une dizaine de fois.
  • Essayez d’allonger progressivement la durée de l’exercice pour arriver à maintenir la position 20 secondes.

Renforcement musculaire des abdominaux

Deux exercices permettent de renforcer les muscles abdominaux avec douceur :

Exercice Abdominaux Sciatique Hernie Discale
Illustration 6 : Exercices abdominaux contre la sciatique
  • Pour les abdominaux supérieurs, allongez vous sur le dos avec les genoux pliés et croisez les bras sur votre poitrine.
  • Soulevez lentement la tête et les épaules du sol et maintenez la position 2 à 4 secondes (Illustration 6) et revenez doucement à la position initiale.
  • Répétez l’exercice une dizaine de fois, puis essayez d’augmenter les répétitions de l’exercice progressivement.

N’essayez pas de levez la tête ou la poitrine trop haut. Si vous avez des douleurs cervicales, placez les mains derrière la tête.

Exercices Abdominaux Sciatique Hernie Discale
Illustration 7 : Exercices abdominaux inférieurs
  • Pour les abdominaux inférieurs, contractez les muscles du bas du ventre, puis soulevez lentement votre jambe droite de 20 à 30 cm tout en conservant le dos plaqué au sol (Illustration 7).
  • Maintenez la position une dizaine de secondes puis retournez à la position initiale.
  • Procédez de la même façon avec votre jambe gauche et répétez l’opération une dizaine de fois.

Au delà de ces exercices, une activité physique régulière permet également d’assouplir et de fortifier sa musculature. La natation est par exemple un excellent moyen pour renforcer les muscles lombaires et abdominaux.

 

Une étude démontre l’intérêt de la chaleur contre la sciatique

Publiée en avril 2006, une étude australienne menée par le Monash Institute of Health Services Research à démontrée qu’une thérapie par la chaleur pour le traitement des douleurs du bas du dos et par conséquent de la sciatique, pouvait avoir un intérêt.

L’objectif de l’étude était d’évaluer les effets d’une thérapie par le chaud ou le froid pour le traitement des douleurs localisées dans le bas du dos chez les adultes.

Le postulat de départ se basait sur le fait que la chaleur et le froid sont couramment utilisés dans le traitement des douleurs situées dans le bas du dos.

Concernant la méthodologie, les chercheurs se sont appliqués à faire des recherches ont été dans des bases de données médicales de l’origine de leur création jusqu’à Octobre 2005, en utilisant la méthodologie et les critères recommandés par le groupe d’examen de l’institut Cochrane.

Les résultats ont étés les suivants :

  • Neuf essais cliniques impliquant 1.117 participants ont été inclues dans l’étude.
  • Dans deux essais, comprenant 258 participants ayant des douleurs chroniques ou aiguës dans le bas du dos, une thérapie par source de chaleur a permis de réduire considérablement la douleur après 5 jours par rapport a un placebo administré par voie orale.
  • Un second essai, comprenant 90 participants souffrant de douleurs aiguës localisées dans le bas du dos, a montré qu’une thérapie par source de chaleur permettait de faire diminuer la douleur de manière significative immédiatement après l’application.
  • Un dernier essai, portant sur 100 participants ayant des douleurs chroniques ou aiguës dans le bas du dos, a tenté d’examiner les effets supplémentaires que pouvait apporter l’exercice en supplément d’une thérapie par source de chaleur. Les résultats ont démontrés une réduction significative des douleurs après 7 jours.

Les chercheurs sont donc arrivés à la conclusion que :

  • La présence de preuves probantes concernant l’intérêt d’une thérapie par le chaud ou par le froid pour traiter les douleurs présentes dans le bas du dos, est encore faible et nécessiterait de faire des études contrôlées complémentaires.
  • Il existe cependant des preuves modérées en faveur d’une thérapie par la chaleur. Elle permet de réduire les douleurs aigües et chroniques à court terme et le fait de pratiquer de l’exercice en supplément permet d’améliorer les résultats et d’accroître la mobilité des patients.
  • Concernant les résultats analysés, les preuves de l’efficacité d’une thérapie par le froid pour traiter les douleurs dorsales sont insuffisantes

Femmes enceintes : soulager une sciatique de grossesse

La sciatique est courante chez les femmes enceintes et peut être très handicapante durant la grossesse. Différents remèdes et précautions permettent cependant de prévenir et de soulager la douleur jusqu’au terme de la grossesse.

La névralgie sciatique ?

Les nerfs sciatiques sont situés à l’arrière des jambes et vont du bas du dos jusqu’aux pieds, en passant par les fesses. On parle de sciatique ou de névralgie sciatique lorsqu’une irritation de l’un de ces nerfs apparaît.

Le diagnostic de la sciatique durant la grossesse

Une sciatique se caractérise par plusieurs symptômes :

  • Vous ressentez une douleur aiguë, pouvant parfois s’apparenter une brûlure, d’un seul côté du corps.
  • Vous ressentez un fourmillement ou un engourdissement dans votre jambe ou votre pied.
  • La douleur démarre au niveau du bas du dos ou de la fesse et se propage jusque dans la cuisse et même parfois jusqu’au pied.

Une grossesse favorise t elle les sciatiques ?

Il est évident que la grossesse favorise l’apparition de sciatiques, l’organisme subissant de nombreuses contraintes : l’utérus devient plus volumineux, les hormones assouplissent les tissus, le poids de ventre devient plus important … Ces différentes facteurs sollicitent davantage le dos et peuvent entraîner une irritation du nerf sciatique dès le quatrième ou cinquième mois de grossesse.

Que faire en cas de sciatique durant la grossesse ?

Le recours aux médicaments prescrits habituellement, et notamment aux anti-inflammatoires, est contre-indiqué. Si la douleur est importante, il est primordial de consulter votre médecin ou votre gynécologue afin d’être orienté vers d’autres solutions :

  • Des massages peuvent vous êtres prescrits en vous orientant vers un kinésithérapeute ou un physiothérapeute.
  • Des exercices physiques permettent de soulager les douleurs de la sciatique
  • Un ostéopathe peut également vous prodiguer des soins permettant de faire disparaître les douleurs.
  • Différentes méthodes de «grand-mères » pour soulager la sciatique existent aussi.

L’essentiel reste d’en parler à votre médecin avant de vous orienter vers ces différentes méthodes.

Comment prévenir la sciatique pendant la grossesse ?

Plusieurs gestes simples du quotidien permettent de limiter les risques de sciatique durant la grossesse :

  • Le port d’une ceinture de grossesse permet de soulager votre dos.
  • Les coussins d’allaitements permettent de positionner votre ventre confortablement lorsque vous êtes allongée.
  • Le port de chaussures plates est plus que conseillé, si vous devez porter des talons ne dépassez pas une hauteur de un à deux centimètres.
  • La marche permet de faire travailler le corps et à démontrée ses effets bénéfiques sur les sciatiques.
  • Le port de charges lourdes est fortement déconseillé.
  • Ne croisez pas les jambes quand vous êtes en position assise.
  • Prenez le temps de vous reposer.

Que faire en cas de douleurs aiguës ?

Appliquer une source de chaleur, comme une bouillotte ou un coussin chauffant, sur la région douloureuse. Si la douleur est intense, restez allongée et n’hésitez pas à consulter votre médecin.

16 remèdes de grand-mères pour soigner une sciatique

Plusieurs remèdes de grand-mères permettent de soulager les douleurs liées à une sciatique. Bien que ces méthodes ne fassent pas partie de la médecine traditionnelle, et qu’il est impératif de consulter votre médecin traitant en cas de douleur aiguë, elles permettent néanmoins de limiter l’inflammation et d’apaiser les régions douloureuses si vous n’avez pas d’autre solution.

A titre de rappel, la sciatique se caractérise par une douleur intense et lancinante dans le bas du dos ou la fesse qui irradie jusque dans la jambe et parfois même jusqu’au pied. Elle est causée par une irritation du nerf sciatique. Les remèdes naturels suivants permettent de lutter contre les sciatique grâce aux vertus anti-inflammatoires des plantes utilisées. Ces remèdes de grand-mères sont également utilisés pour les douleurs articulaires comme l’arthrose.

Utiliser un cataplasme comme remède contre la sciatique

Cataplasme au chou

  • Faites fondre 500 grammes de saindoux non salé au bain-marie.
  • Prenez une feuille de chou vert ou de chou rouge et retirez la nervure centrale.
  • Écrasez la feuille de chou au rouleau à pâtisserie.
  • Enduisez la feuille de saindoux
  • Appliquez sur la région douloureuse.

Cataplasme aux orties

Il est également possible de remplacer l’ortie par du plantain.

  • Mélanger de l’argile verte avec de jeunes feuilles d’orties fraîches (Urtica dioica)
  • Appliquez sur la région douloureuse
  • Retirez le cataplasme lorsque l’argile est totalement sèche.

Cataplasme aux pommes de terre

  • Faites cuire 4 pommes de terre
  • Réduisez les pommes de terre en purée
  • Répandez la purée dans un torchon propre
  • Appliquez le torchon en cataplasme sur la région douloureuse jusqu’à refroidissement

Cataplasme au houblon

  • Faites bouillir deux poignées de houblon dans une eau en ébullition durant 10 minutes
  • Égouttez la préparation et placez la dans une compresse
  • Appliquez en cataplasme le plus chaud possible (sans vous brûler) sur la région douloureuse

Cataplasme au romarin

  • Faites bouillir une poignée de romarin dans un demi litre d’eau
  • Retirez du feu et couvrez avec un serviette pendant 5 minutes
  • Imbibez la serviette de vinaigre
  • Frottez la zone douloureuse

Cataplasme au son et à la menthe

  • Mélangez énergiquement 1/3 de litre d’eau avec une poignée de son et une poignée de menthe
  • Chauffez le mélange pendant 10 minutes.
  • Imbibez une serviette du mélange, et appliquez sur la zone douloureuse jusqu’à refroidissement.

Utiliser une lotion comme remède contre la sciatique

Lotion au gingembre

  • Mélangez deux cuillères d’huile de sésame avec une cuillère de gingembre moulu
  • Massez la zone douloureuse avec la préparation.

Lotion à la camomille

L’huile de camomille s’utilise en massage ou en friction sur la zone douloureuse. Pour la préparer, procédez comme indiqué :

  • Faites tiédir 100ml d’huile d’olive première pression au bain-marie
  • Ajoutez 10 grammes de fleurs de camomille romaine (Anthemis Nobilis) et mélangez le tout.
  • Couvrez la préparation et laissez la macérer durant six heures.
  • Filtrez la préparation et conservez la à l’abri de la lumière.

Lotion aux plantes

  • Mélangez 150g de calendula, 100g de plantain et 200g de mille-pertuis avec 1l d’huile d’olive.
  • Faites chauffer la préparation 4h à feu doux
  • Laissez refroidir et filtrez la préparation
  • Conservez la préparation à l’abri de la lumière dans une bouteille hermétique en verre durant 1 mois
  • Utilisez la préparation en massage ou en friction sur la zone douloureuse

Massage à l’oignon

  • Coupez un oignon en deux
  • Massez la zone douloureuse pendant 10 minutes à l’aide de la partie interne de l’oignon
  • Renouvelez toutes les 1h30 a 2h00

Utiliser des boissons ou tisanes comme remède contre la sciatique

Tisane aux herbes

  • Avant de vous coucher, portez de l’eau à ébullition
  • Versez l’eau dans une tasse ou vous aurez préalablement mis deux pincées d’anis, de marjolaine, de romarin et de menthe
  • Laissez reposer 5 minutes et buvez

Tisane au saule

  • Avant de vous coucher, portez de l’eau à ébullition
  • Ajoutez y de l’écorce de saule et laissez bouillir cinq minutes
  • Filtrez et buvez la préparation

Décoction de radis

  • Coupez 50g de racines de radis fraiches
  • Lavez les sans les éplucher
  • Laissez macérer dans un litre de vin blanc durant 3 semaines
  • Filtrez la préparation
  • Buvez deux verres de la décoction par jour après les repas.

Décoction aux herbes

  • Portez à ébullition 1l d’eau
  • Ajoutez une cuillère de thym, d’ortie verte et d’origan
  • Laissez bouillir 15min
  • Laissez reposer quelques minutes
  • Filtrez la préparation
  • Consommez deux verres par jour

Jus de légumes

  • Mélangez un jus de pommes de terre avec un jus de céleri et betteraves ou de carottes.
  • Consommez un verre de la préparation par jour.

Lait à l’ail

  • Écrasez deux gousses d’ails
  • Mélangez les avec un verre de lait tiède
  • Buvez deux tasses par jour pendant une semaine

Si les douleurs persistent et que les remèdes précédents ne parviennent pas à soulager votre sciatique, consultez votre médecin.

Contre indications et effets indésirables

Il est important d’effectuer les remèdes en connaissance de cause et de solliciter l’avis de votre médecin ou pharmacien. Les différentes recettes présentes dans cette pages sont données à titre indicatif. Bien que naturelles les plantes peuvent avoir des effets néfastes pour la santé, et l’on peut par exemple citer les contre indications présentes ci-après.

La camomille romaine peut entraîner des rhinites allergiques et est fortement déconseillée pour les femmes enceintes et les personnes asthmatiques ou allergiques aux pollens. En doses excessives, elle peut également entraîner des vertiges, des étourdissements, des nausées ou des vomissements.

L’ortie est contre-indiquée pour les femmes enceintes, à celles qui allaitent et aux enfants de moins de 12 ans. Son utilisation est également déconseillée pour les personnes asthmatiques ou souffrant de troubles cardiaques ou rénaux.

L’ail est déconseillé pour les personnes atteintes d’ulcères, qui ont des problèmes d’hémorragie ou qui prennent des anti coagulants.

Sciatique : Traitements médicaux de la névralgie sciatique

Illustration névralgie sciatique
Emplacements des racines et des nerfs sciatiques

La sciatique, scientifiquement nommée névralgie sciatique, se caractérise par une douleur aiguë de l’un des deux nerfs sciatiques localisés à l’arrière de chaque jambes. Les nerfs sciatiques sont les plus imposants du corps humain. Ils sont reliés à la colonne vertébrale au niveau des vertèbres lombaires.

La douleur irradie essentiellement la cuisse et la fesse mais peut également être ressentie du bas du dos jusqu’au pied. Généralement, la douleur n’affecte qu’un côté du corps.

Identifier une sciatique

La sciatique peut facilement être confondue avec une hernie discale ou une lombalgie bien que les symptômes soient différents.

  • La sciatique se caractérise essentiellement par une douleur vive et intense ressentie d’un seul côté du corps.
  • La lombalgie (souvent nommée lombago ou tour de rein) se caractérise par une douleur plus localisée, généralement au niveau des fesses ou des reins. Bien que souvent moins douloureuse que la sciatique elle peut parfois limiter les mouvements.
  • La hernie discale est une protubérance anormale d’un disque vertébral. Elle est souvent la cause de lombalgies ou de sciatiques.

Les causes de la sciatique

Une sciatique révèle une irritation du nerf sciatique. La cause la plus fréquente reste la hernie discale qui comprime alors l’une des cinq racines du nerf sciatique (la racine relie le nerf à la colonne vertébrale). Les symptômes peuvent être légèrement variables selon la racine atteinte.

Dans une moindre mesure, la sciatique peut également être causée par :

  • Une sténose du canal vertébral
    Il s’agit d’un rétrécissement du canal lombaire survenant essentiellement chez les personnes âgées. Il peut provoquer une pression sur les racines nerveuses au niveau des vertèbres lombaires et entraîner une irritation du nerf sciatique.
  • Un syndrôme facettaire
    Conséquence d’un léger désalignement des facettes articulaires. Ce sont de fines articulations situées en haut et en bas de chacune des vertèbres. Ce syndrome résulte généralement d’un faux mouvement ou d’une mauvaise posture. Il peut entraîner des douleurs dorsales et, dans certains cas, une sciatique.
  • Un syndrôme piriforme
    Il résulte d’une inflammation du muscle pyramidal ou piriforme situé au niveau du bassin. Le muscle enfle et se contracte et peut provoquer une pression au niveau du nerf sciatique jusqu’à l’irriter. Ce syndrome touche essentiellement athlètes et les personnes qui s’entraînent de façon inapproprié.
  • Un Traumatisme
    Un accident ou une chute portant un choc au niveau du dos peut endommager les racines nerveuses.
  • D’autres raisons
    Des métastases ou de l’arthrose peuvent provoquer une compression du nerf sciatique et causer des douleurs lombaires et parfois une sciatique. Cela survient essentiellement chez les personnes âgées.

Evolution

Pour la plupart des personnes victimes d’une névralgie sciatique, les douleurs disparaissent totalement en moins de 4 semaines. La sciatique à cependant tendance à récidiver si aucune mesure préventive n’est entreprise. Dans certains cas, la sciatique est assimilée à une lombalgie chronique.

Quand faut il consulter son médecin ?

Un diagnostic précis est nécessaire dès l’apparition de symptômes proches de ceux d’une sciatique.

Dans le cas d’une sciatique avérée et si les traitements ne soulagent pas vos douleurs ou que ces dernières s’amplifient, il est recommandé de consultez à nouveau.

Consultez votre médecin en urgence dans les cas suivants :

  • La douleur est trop aiguë et difficilement supportable
  • les symptômes de la sciatique sont accompagnés de rétention ou d’incontinence fécale ou urinaire, d’impuissance, d’une perte de sensibilité autour du périnée ou de l’entrecuisse ou de difficultés pour rester debout ou monter un escalier;
  • les symptômes de la sciatique sont accompagnés d’une perte de poids soudaine et inexpliquée.

Les symptômes d’une sciatique

  • Vous ressentez une douleur aigüe dans le bas de votre dos ou votre fesse, qui se propage jusque dans votre cuisse, votre mollet et / ou votre pied. La douleur peut être subite et intense ou plus modérée mais constante. La position assise est particulièrement insupportable alors que la position couchée à tendance à vous soulager.
  • Vous ressentez des fourmillements, des engourdissements voir des faiblesses musculaires dans certaines parties de votre jambe ou de votre pied.

Personnes à risque

Les sciatiques sont plus fréquentes chez les femmes enceintes. Le poids du ventre, la sécrétion accrue d’hormones assouplissant les tissus et la prise de volume de l’utérus peuvent entraîner une compression du nerf sciatique. Pour plus de détails consultez notre article intitulé soulager une sciatique de grossesse.

Les personnes sujettes à l’arthrose ou à certaines formes d’arthrite.

Facteurs de risque

  • Exercer un travail ou pratiquer un sport nécessitant de lever des charges lourdes, de se pencher ou de faire des torsions du tronc de manière répétée
  • Rester en position assise plusieurs heures d’affilée
  • Faire peu d’activité physique
  • Être en surpoids
  • Prendre de mauvaises postures
  • Avoir des muscles abdominaux faibles

Mesures préventives de base

  • La pratique d’une activité physique régulière permet de muscler et d’assouplir la musculature de l’abdomen et du dos. Il faut chercher à privilégier les activités dans lesquelles les muscles seront sollicités de manière constante et équilibrée à base d’étirements. La marche à pied et la piscine sont particulièrement recommandées puisqu’elle permettent de muscler le bas du dos. Le vélo peut également être adapté à condition que la selle et le guidon soient correctement réglés.
  • Avant toute activité physique, il est nécessaire de pratiquer des échauffements pour éviter de solliciter les muscles de manière trop brutale.
  • Adopter une posture équilibrée en maintenant son dos et sa tête bien droits.
  • En position assise, le dos doit être maintenu par le dossier de la chaise ou du fauteuil afin de favoriser la courbure naturelle du bas du dos. Dans la mesure du possible, il faut faire des pauses régulière afin de dégourdir et d’étirer les muscles.
  • En position debout, l’utilisation d’un repose pied d’environ 15cm sur lequel on posera en alternance un pied ou l’autre permet de transférer le poids du corps d’une jambe à l’autre. Il faut aussi privilégier les chaussures qui maintiennent le talon et ne modifient pas la forme du pied.
  • Pour manipuler un objet lourd, il faut s’assurer de le soulever avec le dos droit et plat, et les genoux fléchis tout en la charge au plus près du corps.
  • Il faut à tout prix éviter les torsions du haut du corps en portant ou en posant une charge.
  • Il faut favoriser l’utilisation d’un sac à dos, qui repartit la charge de manière équilibrée sur chacune des épaules, à celle d’une sacoche ou d’un sac à main que l’on portera en bandoulière.
  • Il faut adopter de bonnes positions la nuit en utilisant une literie adaptée : la matelas doit être ferme sans être trop dur et l’oreiller ne doit pas être trop volumineux pour éviter de trop relever la tête.

Que faire en cas de sciatique ?

Si vous êtes victime d’une sciatique il est conseillé de conserver une activité physique modérée. Bien que plus confortable la position allongée ne participe pas à la disparition des symptômes, bien au contraire. Si la douleur est trop intense et qu’il vous est impossible de faire autrement que de vous allonger, ne le faites pas plus de 48 heures et n’hésitez pas à consulter votre médecin.

Il suffit généralement de quelques semaines pour soigner une névralgie sciatique. Dans le cadre d’une maladie particulière ayant entraîné une sciatique, un traitement médicamenteux adapté permet de faire disparaître les symptômes rapidement.

Pour les femmes enceintes victimes de sciatiques, les traitements médicamenteux étant contre-indiqués, quelques gestes simples permettent de soulager une sciatique de grossesse. On notera malgré tout que, généralement, les symptômes disparaissent complètement après leur accouchement.

Quels médicaments pour soulager la sciatique ?

Plusieurs médicaments permettent d’atténuer la douleur :

  • Le paracétamol, ou acétaminophène, que l’on trouve dans le Dafalgan, le Doliprane, l’Efferalgan, ou le Tylenol
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui possèdent en plus des vertues anti-inflammatoires comme l’ibuprofène ou l’acide acétylsalicylique que l’on trouve dans l’aspirine, l’advil … On notera cependant que, d’après les études menées en laboratoires, l’efficacité de ces médicaments est discutable en cas de sciatique puisque ce n’est généralement pas l’inflammation qui est responsable des douleurs. On peut néanmoins avoir recours à ces anti-inflammatoires, en prenant soin de s’informer des contre-indications, si le paracétamol ne parvient pas à soulager la douleur.
  • Les décontractants musculaires, les narcotiques ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens disponibles sur ordonnance peuvent également êtres prescrits par votre médecin si les douleurs persistent.
  • Dans de rare cas, les médecins peuvent également prescrire des corticostéroïdes et des analgésiques sous forme d’injections, bien que les résultats ne soient efficaces qu’à court terme.
  • De nombreux remèdes de grand-mères naturels contre la sciatique permettraient de soulager les douleurs.

Conseils Pratiques

Pour dormir, deux positions permettent de rendre la douleur plus supportable. Sur le côté en positionnant un oreiller entre les genoux. Sur le dos, en utilisant un oreiller pour surélever ses jambes. Au niveau de la tête privilégiez un oreiller qui ne relève pas trop votre cou.

Pour soulager la douleur, utilisez de la chaleur, qui permettra de détendre vos muscles. Prenez des bains chauds et essayez de placer une bouillotte ou un coussin chauffant sur la zone douloureuse.

Activité physique

Il est conseillé de ne pas interrompre ses activités quotidiennes plus de 24 ou 48 heures. Des études ont démontrées que la récupération était plus rapide pour les personnes qui restaient actives. Le fait de rester actif permet de préserver la masse musculaire tout en relâchant les tensions musculaires. Si la douleur est trop aiguë il est concevable de s’accorder un à deux jours de repos. Malgré tout, pour favoriser la guérison, il faut essayer de reprendre ses activités habituelles le plus rapidement possible.

En cas de douleur, il est conseillé de marcher et de continuer ses activités de la vie quotidienne puisque ces dernières sont bénéfiques et ne risquent pas d’amplifier les symptômes. L’exercice permet à l’organisme de sécréter de l’endorphine qui a une capacité analgésique comme la morphine.

Lorsque la douleur s’atténue ou disparaît, il est conseillé d’accroître progressivement l’intensité des exercices et des activités physiques. Le vélo, la marche à pied ou la natation ont généralement des effets bénéfiques.

Physiothérapie et kinésithérapie

Sans douleur manifeste dans les 4 à 6 semaines suivant la sciatique, il est conseillé de consulter un kinésithérapeute ou un physiothérapeute afin d’éviter la récidive. Grâce à des étirements et des exercices réguliers la musculature et la souplesse du dos peuvent être améliorés et permettent de corriger d’éventuels problèmes de posture.

Le physiothérapeute ou le masseur- kinésithérapeute peuvent également vous prodiguer divers traitement :

  • Les massages permettent de détendre et d’assouplir les muscles des zones douloureuses.
  • Des sources de chaleur (rayons infrarouges, bouillottes, coussins chauffants …) peuvent également être appliqués sur les muscles endoloris.
  • Les appareils d’électrothérapie permettent également de détendre les muscles en interférant sur la conduction nerveuse.
  • Une cure ou des exercices de thalassothérapie peuvent également être conseillés suite à une évaluation de votre physiothérapeute ou kinésithérapeute. Les séances de piscine combinées aux enveloppements d’algues et de boues apaisent et tonifient les muscles.

Chirurgie

Dans de très rare cas, et si la douleur persiste au delà de 3 mois malgré les traitement, votre médecin peut vous orienter vers la chirurgie. Si la cause de votre sciatique est une hernie discale, le recours à la chirurgie ne représente que 5% des cas. L’opération chirurgicale consiste à intervenir sur le disque intervertébral qui comprime le nerf sciatique.

Emissions et Reportages sur la sciatique